The See
Sam Kaprielov
28.0910.11.12

(Scroll down for english)

THE SEE nous invite à plonger en eaux profondes, où nous sommes libres d’explorer l’univers étrange de Sam Kaprielov: enfants pirates combattant sur des mers chatoyantes, escaliers ne menant nulle part, montagnes écimées, dignitaires traversant des paysages arides et solitaires, créatures marines les plus fantastiques hors de leur milieu aquatique, scènes de chasse terrifiantes où, on le sent bien, le chasseur est à tout instant une proie potentielle…
La rencontre d’éléments disparates, attendus ou inattendus, est toujours justifiée par la logique profonde et personnelle de l’iconographie secrète de Kaprielov. Face à ces scènes, nous devenons témoins d’un autre niveau de réalité – d’échanges au rythme mystérieux, dont le sens exact, comme dans un rêve remémoré, nous échappe bien souvent.
L’imagerie de Kaprielov est très particulièrement liée à la guerre, dans une tentative, peut-être, de représenter de manière allégorique la bataille perpétuelle que nous livrons dans notre vie quotidienne.
Bien que la plupart de ses dessins soient des compositions indépendantes et achevées, les voir ensemble, et à la suite, apporte une nouvelle profondeur – un peu comme les tableaux d’une bande dessinée.
C’est dans l’illustration pour la publicité et la propagande (Kaprielov a reçu sa formation dans une école d’art soviétique) que se sont déplacées, dans le courant du XXe siècle, les techniques les plus sophistiquées de représentation visuelle.
Kaprielov en est l’un des plus fascinants représentants.

***

THE SEE is a must see for all those who have and have not yet had the opportunity to acquaint themselves with pastel drawings of Sam Kaprielov.
Kaprielov invites us all to jump in at the deep end where we are free to trawl through his uncanny universe: Child pirates struggling through shimmering seas; steps leading nowhere; peakless mountains; warheads that have failed to explode; dignitaries crossing arid, deserted landscapes; most fantastical creatures of the sea pulled out of water; terrifying hunts where, we feel, the hunter can become the hunted at any moment…
This mix of disparate elements, expected or unexpected, is always justified by a deep-seated logic of Kaprielov's secret iconography.  It leaves us with the impression of witnessing another level of reality - a mysterious sequence of exchanges, the exact meaning of which, like in remembered dreams, we have difficulty to pinpoint.
A great deal of the imagery is war related, and is, perhaps, an attempt at an allegoric representation of the perpetual battle we face in our everyday lives.
Despite most of his drawings being self-contained, finite compositions, a lot can be gained by viewing them in sequence, not unlike frames of a graphic novel.
Commercial and propaganda illustration (Kaprielov was trained at a Soviet art school) is where the most sophisticated techniques of visual representation in European art have found home in the 20th century. Kaprielov displays them at their best.